Tags

Related Posts

Share This

Variations autour du lézard nomade

Îliennes est une émanation du Club des Amis de la Poésie et ses membres publient cette année pour la première fois un recueil collectif :Graines de corail aux Éditions Spinelle

Ce groupe d’amies de cœur et de lettres qui, durant le Confinement, échangent quotidiennement et font des vers, de la prose et refont le monde. Nous vous faisons partager leurs impromptus, souvent créés dans l’instant. Ainsi, à partir d’une anecdote, le téléviseur de Nicole « grillé » à cause d’un gecko », les propositions ont fusé. Les voici :

Nicole Isch
Écrivain-chercheur, Nicole Chardon-Isch a trouvé en Nouvelle-Calédonie un vaste champ d’observation dans lequel elle puise son inspiration : contes, nouvelles, romans jeunesse. Les registres réaliste et fantastique ont sa préférence mais elle sait aussi décliner le monde de façon poétique.
« Dame Gecko sur son niaouli perché,
Sentait venir la ponte prochaine.
Son ventre gonflé d’oeufs exigeait un abri
Sans tarder.
Elle avisa la porte ouverte du chalet attenant
Et, zigzaguant entre les fines herbes
Elle s’engouffra… dans le téléviseur.
Quelle idoine cachette !
Si d’aventure il vous prenait l’envie
D’attraper la plume
Et de développer
L’épopée du gecko en gésine
Hâtez-vous
Ecrire en Océanie céans
Vous offre sa page Lire en ligne »

Patricia Artigue

Titulaire d’une maîtrise de droit, cadre retraitée, Patricia Artigue réside depuis plus de trente ans en Nouvelle-Calédonie.  Très tôt la poésie devient son violon d’Ingres. Elle publie « Bozù », un recueil de poèmes pour enfants, en 2017.

 

« Dans la télévision un lézard a pondu.

 La télé est cassée et le lézard perdu.
 Un chat qui passait là, un beau chat à poils ras,
Pour trouver domicile et se faire cajoler
  Sut se montrer agile et les souris chasser.
« Il vous faut m’adopter et vous serez sauvés.
Je fais fuir les cafards et poursuis les lézards.
Achetez une télé, laissez-moi m’installer,
 Il est vain de douter, vous serez satisfaits ».
 Ce discours fut payant, comment faire autrement ?
Le chat fut adopté, la télé installée. »

Aline Mori
Métisse laotienne, Aline Mori vit à Nouméa depuis 1960. Professeur de Lettres modernes, agrégée en Arts Plastiques, elle est Présidente de l’association SOAP’ART Océanie pour la promotion de l’art contemporain et du Club de Amis de la Poésie.

 

« Mère courage.

Depuis son niaouli perché sentant la ponte prochaine, son ventre, d’œufs gonflé, se traîne, exige un abri sans tarder. Gecko avise d’un chalet la porte entr’ouverte. Vite !

La mère zigzaguant doucement s’achemine. Inquiète elle inspecte entre les herbes fines, saute sur les marches et marche vers l’entrée. Mazette ! Quelle cachette ! Une chance ! Une aubaine ! Alors à son insu pour une mise en scène – elle ne sait pas encore que la postérité la rendra populaire- elle s’engouffre. . Ouf !  Dans un bloc métallique à visée acoustique à l’abri et au chaud, où elle pourra loger et faire ses petiots.

Elle dort plusieurs nuits sans être dérangée. Elle se dit que dans sa vie elle a toujours plané, d’arbre en arbre, de branche en branche, qu’il était grand temps qu’elle fût enfin casée. Elle ne crut pas si bien dire. C’était une télé.

Toutes les émissions, elle se faisait secouer. Elle avait beau se dire qu’il fallait en finir. Oui, mais où aller, où partir sans se faire remarquer ? Alors elle est restée. Et ses œufs si fragiles qu’elle voulait protéger à cause des vibrations ont été fendillés avant même qu’ils n’aient pu donner vie aux bébés.
Alors elle a pleuré, pleuré, pleuré. Quand elle s’est arrêtée, elle était desséchée… »

© Aline Mori, 4 avril 2020

Sylvie Baille
Professeur de Lettres modernes pendant vingt ans en Midi-Pyrénées, Sylvie Baille vit en Nouvelle-Calédonie depuis 2003. Poète à ses heures et auteur de romans dont « Swing à Lifou » et « Qui a tué Hnaéla-Rose » ?
Dame Gecko sur son arbre perchée
Sent venir la ponte prochaine.
Il lui faut un abri sans tarder
Elle traîne sa lourde bedaine
Comme elle peut jusqu’au chalet voisin
A l’intérieur trouve un téléviseur
A sa vue, Dame Gecko se dit qu’en son sein
Aucun nid ne peut être meilleur.
Elle avise un petit trou, s’y faufile
Son ventre coince, se ratatine et passe
Mais se trouve aussitôt bloqué entre deux fils
Elle se tortille comme une limace
Rien n’y fait, son abdomen plus gros qu’un raisin
Explose d’un coup, libérant ses pépins
Délivrée, Dame Gecko s’assoupit
Une décharge électrique aussitôt l’étourdit
Elle frétille, s’égosille
De guerre lasse
Elle trépasse

 

Fabienne Chéné

Fabienne Chéné réside en Nouvelle-Calédonie depuis 25 ans. 

Passionnée d’art, elle est auteur du recueil « Maux à Mots ».

 

Dame gecko sur son arbre

 

Se sentait un peu abandonnée

Et un peu lourde avec ses œufs

Elle tenta une approche vers la chambre

Mais des convives déjà l’occupaient

Et elle ne voulait pas cohabiter avec eux

 

Elle tenta de trouver un autre refuge

Un endroit confiné et chaud

Bien à l’abri d’un quelconque déluge

Et assez grand pour éviter un lumbago

 

C’est tout naturellement qu’elle entra

Dans le salon et pénétra dans le téléviseur

Elle apporta avec elle tout son barda

Et s’exclama intérieurement à la bonne heure

 

L’endroit était charmant à souhait

Offrait un espace grand et tamisé

Elle s’y s’installa de bon gré

Et se mit à choyer ses bébés

 

Mais dès que la télé fut allumée

L’éclair et la foudre l’enveloppèrent

Elle se retrouva toute desséchée

Et avec elle tous ses œufs calcinés

 

Morale de cette histoire

Mieux vaut se sentir isolée

Un arbre comme territoire

Que dans un téléviseur mourir confinée