Sep06

Tags

Related Posts

Share This

L’atelier d’écriture du 5 septembre 2020 avec Christiane TERRIER

Christiane TERRIER, historienne, était venue présenter aux scripteurs un panorama des études d’histoire sur la Nouvelle-Calédonie et l’Océanie. Sa maîtrise du sujet et son dynamisme ont permis une ouverture sur les connaissances, des découvertes enrichissantes et un questionnement nourri sur les modalités d’introduction de l’histoire dans la fiction.

Un exercice de l’atelier précisément est l’embarquement d’un personnage dans le petit train de Païta qui va l’emmener à Katiramona. Il s’agit de décrire et de faire ressentir des émotions en s’appuyant sur l’histoire. C’est l’occasion pour l’historienne de définir le récit historique, de proposer des sources, des conseils : le respect du fait historique, un ancrage spatial rigoureux fondé sur des recherches, une souplesse entre imagination et recréation, de la prudence dans la citation des noms…

La présence de Jean-Marie-Creugnet, de Bernard de la Véga, d’Eliane Jaquet et de Cannelle, auteurs de récits évoquant l’histoire ou de romans historiques, de témoignages sur le passé, se révèle fort judicieuse pour fournir des exemples et préciser la part de la fiction et l’apport historique.

Ainsi, dans l’espace projection aimablement mis à notre disposition par la Médiathèque de Païta, avons-nous appris quel était l’état des recherches historiques avant 1988, date-clé, puis après 1988, sans omettre les chercheurs à cheval entre histoire, sciences sociales et anthropologie, sans oublier non plus la relève constituée de jeunes chercheurs prometteurs. Enfin des rééditions en cours, des projets de publications montrent que la recherche est mouvante et continuera à questionner l’histoire.

Que Mme Terrier soit remerciée pour sa transmission et sa disponibilité !

NCI-Cannelle