Mai20

Tags

Related Posts

Share This

Il y a toujours une guêpe pour piquer un visage en pleurs

Ouvrage collectif de l’Association des écrivains de Nouvelle-Calédonie en solidarité avec le Japon.  © juin 2011

 

Peut-être plus qu’ailleurs, au fil des pages qui vont suivre, s’illustre la vanité des mots.

Car face à l’indicible, de quel secours sauraient-ils se montrer ?

Mais nous ne pouvions pas plus retenir les nôtres que rester sourds à nos propres émotions.

Et puis un écrivain, ses mots, c’est souvent tout ce qu’il a à donner… Alors nous avons décidé d’écrire ensemble ces textes, simplement pour dire notre solidarité d’humains devant la souffrance et la mort.

Nous les offrons avec humilité : la vision du Japon forgée par nombre d’entres nous procède d’une connaissance plus ou moins fugace et d’une bonne part d’imaginaire. Résultat de nos sensibilités disparates, le poème dans ce recueil côtoie le récit ou la nouvelle. Puissions-nous malgré tout atteindre le but recherché : témoigner aux hommes et aux femmes de ce pays notre profonde sympathie dans les épreuves qu’ils traversent…

 

Préface de Firmin Mussard pour l’Association des Ecrivains de Nouvelle–Calédonie