Tags

Related Posts

Share This

Alexandre ROSADA et la revue Sillages d’Océanie

Ouvrir la photoPour contourner le confinement et continuer à insuffler du dynamisme au sein de l’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie (AENC), son président, Alexandre Rosada, réalise des interviews des auteurs ayant participé à la revue Sillages d’Océanie. Cette chronique sous forme de videos permet à chacun des écrivains de présenter son texte. Nombre de ces videos sont visibles sur le site de l’AENC et sur facebook.

A son tour Alexandre est interviewé par Nicole ISCH ; voici une  présentation de son texte « L’histoire d’Ulum, tresseur de vie ».

Fortement symbolique et empreint de spiritualité, ce texte nous invite à suivre le parcours d’Ulum, métis de Kanak et d’Européen ; il fréquente un club où s’échangent et se confrontent la littérature, la philosophie et la politique; ainsi s’opère un premier niveau de tressage des idées dans une époque apaisée succédant à l’ostracisme et à l’exclusion. Les abords de la cathédrale Saint Joseph représentent un lieu fondateur et emblématique pour ce poète engagé dans la bonification du monde.

Il n’est pas anodin qu’Ulum appartienne à la confrérie des tisserands ; outre son don pour la poésie, il éprouve une joie ineffable dans l’art du tissage, et excelle à tresser les fils déjà « travaillés par le divin lors de la création ». Tout naturellement sa double compétence le conduira, influencé par des visions oniriques et une atmosphère mystique, à une mission de reconstruction et de tissage du monde. Ainsi s’accomplit la translation du tisserand physique au tisserand métaphysique ; le terreau   d’Ulum, être à la sensibilité poétique et pétri d’humanisme, a favorisé son élection.

« Ulum le savait, il en était devenu l’instrument
volontaire, œuvrant à la gloire de son Dieu. Tel un alchimiste sur
sa pierre philosophale, il travaillait la matière brute, chassant les
aspérités pour atteindre un perfectionnement ».