Tags

Related Posts

Share This

Alexandre Moeava Ata

Alexandre Ata est né le 1er août 1933 à Papeete. 4 Sciences Po et l’Institut des Hautes études internationales.
De 1957 à 1958, chargé de mission de Pouvanaa a Oopa.
De 1977 à 1982, conseiller du gouvernement de Francis Sanford. 4 De 1982 à 1984, cuisinier au Coco’s.
Ministre du Tourisme, de l’investissement, des ressources océaniques et de l’aménagement du territoire.
De 1991 à 1999, conseiller spécial de Gaston Flosse pour le Pacifique

Sur le mur de la porte d’entrée, un autocollant jaune fluo “Please go away”, une pancarte Portobello Road, la carte postale d’un avion de la compagnie ATA. “Que peut-on vous souhaiter pour cette année ?, interroge Alec Ata en préambule… Je vous souhaite de demeurer à l’écart des cons !” Il propose un thé anglais. La table du déjeuner est dressée pour cinq convives. Et qui a eu la chance d’y être convié, sait que cette table est la meilleure, la plus prisée de Tahiti.
Sur la couverture de son livre, Voyage en OGM, un point d’interrogation joue la transparence. “We were the ocean. Nous ne sommes plus l’océan. L’océan, c’est l’océan des autres. On a tant lu sur l’Océanie qu’on s’y perd. Quand en plus on vous assène truismes, pures inventions, légendes instantanées et témoignages abracadabrants… L’Océanie, c’est le grand océan du doute”, voilà ce qui est dit en substance. Ce n’est pas un essai, c’est une écriture. Un périple aux escales savantes, sensorielles et documentées. Une littérature. Avant de découvrir l’ouvrage, en dédicace aujourd’hui à la librairie Klima, redécouvrons l’auteur à travers un “Si vous étiez ?”.
Si vous étiez une audace ?
“Si j’étais une audace, ailleurs qu’ici, je crois que je serais assez tenté d’être violent. Ici on ne peut pas être violent.”
Si vous étiez un secret ?
“Il serait vite éventé.”
Si vous étiez un plat d’enfance ?
“Des haricots blancs, les haricots Lima. On les mangeait avec du lait de coco.”
Si vous étiez un mensonge ?
“Question piège ! Je ne suis pas menteur, alors j’ai du mal à imaginer… Un mensonge d’opportunité peut-être…”
Si vous étiez une injure ?
“Je foudroierai mes adversaires de clarté.”
Si vous étiez une chanson d’amour ?
“Je mettrai en musique quelques chansons que j’ai écrites. L’une d’elle s’intitule ‘Pourquoi ? Pourquoi tant de désir, pourquoi tant de fuite, pourquoi tant de retenue, pourquoi tant de faux-fuyant ?’”
Si vous étiez un arbre ?
“Le vi atoni (manguier), que vous voyez là. Il a 128 ans.”
Si vous étiez un poisson ?
“Un Tiamu, c’est un poisson des Tuamotu qui rampe au fond de la mer. Il est absolument délicieux et complice. Il vient et vous regarde de ses grands yeux. On hésite à l’attraper.”
Si vous étiez une loi ?
“La loi des coraux de Senghor, friable.”
Si vous étiez un livre ?
“Je serai à la fois Macbeth et La tempête.”
Si vous étiez un défaut ?
“Je serai une tare. La tare de l’amour de la solitude.”
Si vous étiez un souvenir ?
“J’émergerai de Vairao où j’ai été élevé.”
Si vous étiez un tableau ?
“Sans doute un Boullaire, car il a su capter l’indicible mélancolie de ce pays.”
Si vous étiez une île ?
“Rurutu.”
Il y a erreur, erreur généralisée
Si vous étiez un voeu ?
“Faut-il en avoir ?”
Si vous étiez une fête ?
“Elle serait marquisienne, des temps anciens. Nous serions tous nus, elle serait débridée.”
Si vous étiez un péché ?
“Je serais forcément mortel.”
Si vous étiez une ville ?
“Londres. La ville la plus extraordinaire de la planète, tout y est, tout s’y rencontre.”
Si vous étiez une époque ?
“L’époque où j’habitais dans le sud de la France, entre 1947 et 1957. Je m’y suis épanoui. Il y avait à l’époque de quoi satisfaire ma curiosité naturelle.”
Si vous étiez une femme ?
“Je serai une égérie, (rire) une égérie littéraire bien sûr !”
Si vous étiez un poème ?
“Comprenne qui voudra, d’Éluard. Moi mon remords…”
Si vous étiez au pouvoir ?
“Je ne le partagerai pas.”
Si vous étiez une révolte ?
“Celle des sens est la seule qui m’intéresse.”
Une gourmandise ?
“La simplicité.”
Si vous étiez un slogan ?
“Détalez !”
Si vous étiez une erreur ?
“Il y en aurait trop pour n’en sélectionner qu’une. Ne sommes-nous pas un conglomérat d’erreurs ?” Si vous étiez une errance ? “J’irai sans doute à Nukuaro.”
Si vous étiez une destination touristique ?
“Le Vanuatu. Le Vanuatu rassemble la dignité humaine, l’authenticité, des paysages fantastiques et une certaine propension à la fois à courir après le danger et à s’arrêter au bord du danger. Leur culture est demeurée quasi intacte. C’est la prochaine destination touristique en Océanie.”
Si vous étiez une intime conviction ?
“Qu’il y a erreur. Erreur généralisée. Je serai donc l’abstention.”
Propos recueillis par Khadidja Benouataf pour Les Nouvelles de Tahiti