Rencontre littéraire : La Sève bleue de Nicole CHARDON-ISCH Par Annick ARSAYE Juil26

Tags

Related Posts

Share This

Rencontre littéraire : La Sève bleue de Nicole CHARDON-ISCH Par Annick ARSAYE

Rencontre littéraire : La Sève bleue de Nicole CHARDON-ISCH
Par Annick ARSAYE

C’est le 19 juillet 2017, à 18 heures dans l’espace de Calédolivres que Nicole ISCH présenta son nouveau livre au titre évocateur « La sève bleue »devant un public d’amis, de collègues et d’autres lecteurs.
Une fois encore, Nicole rend un légitime hommage à la Calédonie, qu’elle a adoptée, à travers plusieurs nouvelles.
C’est avec beaucoup d’éloquence que sa collègue Mme V. Armand, enfant du pays, a présenté l’oeuvre de Nicole. Elle n’a pas hésité non plus, à la fin de sa présentation, à lui poser toutes les questions qui lui tenaient à cœur sur des points et des situations précis concernant un pays qu’elle connait bien et qu’elle affectionne tout particulièrement. Les échanges furent très enrichissants, incitant les membres de l’assemblée qui n’avaient pas encore eu l’occasion de prendre connaissance de l’œuvre de s’empresser de le faire.
On ne lit pas ces récits comme de simples récits d’aventure. On vit de des situations authentiques : la vie au quotidien dans les squats de Nouméa avec son lot de désespoir, d’amour, de joie, de peine, de réflexion et d’espoir. On y découvre des paysages, de la verdure, on hume des odeurs et surtout on enrichit son vocabulaire sur la connaissance des végétaux (ou au contraire on complexe devant son ignorance). La sève bleue, par exemple, est une plante endémique de la Calédonie riche en nickel, méconnue de la population. Merci à un intervenant, présent dans l’assemblée, spécialistes des plantes, qui nous a fourni une description détaillée de cette plante si singulière.
Tout au long de son récit, Nicole ne rate jamais ni l’occasion de nous faire voyager à travers la Calédonie, avec toute la vertu de son verbe ni l’occasion de donner la dimension de la littérature à de simples fait divers de quartier, ce qui fait la joie de ses lecteurs.
Quand on connaît la vie personnelle et professionnelle dense de Nicole on se demande où elle trouve le temps, l’énergie, l’inspiration pour nous pondre ces délicieuses œuvres. La question lui a été posée par les membres l’assemblée qui connaissent ses antécédents littéraires récents. Elle a répondu avec le naturel et l’humilité qu’on lui reconnaît : « J’écoute, j’observe, j’échange et tous les lieux me sont propices à l’écriture que je considère comme un exutoire ».
Si Nicole pense déjà à la retraite pour nous concocter des histoires romancées tant attendues, elle n’oublie pas les très jeunes pour qui elle écrit des contes.

BRAVO Nicole !

Annick ARSAYE, documentaliste